You are currently viewing Street art à Chatou, l’île des impressionnistes : Quand le street art aide à défendre la lutte contre le travail et le trafic d’enfants

L’île des impressionnistes est en réalité un archipel composé de quelques îles naturelles. Chatou où le peintre Renoir a peint sa célèbre œuvre d’art « Déjeuner des canotiers » – est l’un d’entre eux. Pendant une période appelée La Belle Époque, c’était le lieu où de nombreux artistes français mythiques comme Monet, Degas, Manet ou Courbet avaient l’habitude de se rencontrer, de discuter et bien sûr de peindre. C’est un lieu d’inspiration qui mêle l’héritage de l’art français et un moment légendaire de l’Histoire de France, lorsque le pays était paisible et qu’un nouveau mouvement artistique pouvait émerger. Ce n’est pas loin de Paris, cela vaut donc le détour. Aujourd’hui, nous parlons de cet endroit pour une raison précise. Il est maintenant temps pour les artistes contemporains de lui rendre hommage. Pas avec des scènes intimes de la vie de tous les jours peintes délicatement sur toile, mais avec des fresques colossales qui mettent en lumière différents sujets importants dans le monde d’aujourd’hui peintes avec de la peinture aérosol, des pinceaux et des rouleaux. Six artistes ont été choisis pour exprimer leur personnalité et leur point de vue, tout en s’insérant dans l’environnement, à travers 8 œuvres géantes exécutées en huit jours. La question est pourquoi ce projet ? Ce n’est pas une question de beauté. En réalité, ce projet a été mené par la ville de Chatou en association avec l’ONG américaine Street Art for Mankind qui travaille avec l’ONU et la fondation Kailesh Satyathi (prix Nobel de la paix en 2014). Cette ONG travaille avec plus de 80 artistes à travers le monde. Leur objectif est de financer des ressources pour mettre fin aux atrocités du travail et du trafic d’enfants. Les artistes qui ont transporté leur vision à Chatou sont Lula Goce, Victor Ash, Carlos Alberto GH, Vinie Graffiti, Emmanuel Jarus et Vesod. Regardons les fresques de plus près.

Cette murale a été créée par l’artiste français Vinie Graffiti. L’artiste toulousaine a un style très reconnaissable avec un personnage attachant, une fille d’inspiration manga avec une afro qui représente la diversité. Diversité de couleur, mais aussi diversité de genre. Ici, son afro colorée dit  des mots comme femme, biodiversité, égalité, différent, religions… Il y a des nuages en arrière-plan qui peuvent indiquer que la fille rêve… rêve d’un monde meilleur où la diversité serait acceptée partout. Elle a effectué son travail dans de nombreux endroits à travers le monde et elle explore différentes formes d’art comme la sculpture.

Victor Ash était à l’origine connu sous le nom d’Ash2. Il est le pionnier du street art à Paris lorsqu’il se répand dans les années 80. Il a débuté à Stalingrad et à La Chapelle aux côtés de JonOne, Mode2 et Jay1… Il a même figuré dans le livre Spraycan Art d’Henry Chalfrant. A Chatou, Victor Ash a réalisé deux peintures murales. Celle-ci porte un message fort et tente de faire passer l’importance de la démocratisation de la culture. Le petit garçon tient une pile de livres, et sur ces livres on peut voir le visage du grand écrivain Guy de Maupassant. Ceci pourrait être un message politique qui fait écho à des événements récent. Au cours de la 2e vague de la pandémie, le gouvernement a fermé les librairies en disant que les livres n’étaient pas un besoin nécessaire. C’était comme si le gouvernement méprisait la culture. La culture qui est une grande partie de l’Histoire de France. En dehors de cet aspect controversé, la fresque célèbre également la ville de Chatou qui est une ville de culture et de musique. La deuxième fresque est un portrait tout en bleu du musicien de jazz Hal Singer et elle se situe évidemment à l’entrée de l’espace culturel Hal Singer. Avec ces œuvres, on voit que l’artiste aime jouer avec les contrastes.

Cette œuvre est personnellement, ma préférée. L’artiste mexicain Carlos Alberto GH de Guadalajara réalise des œuvres d’art en 3D et aime se mettre dans l’action de ses œuvres après les avoir peintes. Son thème principal est la préservation de la faune et de la flore. Heureusement, c’est aussi l’une des principales préoccupations de la ville de Chatou. C’est pourquoi la fresque a été peinte sur le collège Auguste Renoir. Le problème doit être pris au sérieux dès maintenant afin d’assurer un meilleur avenir aux enfants. Les oiseaux et les fleurs sont entre les mains d’un être humain ce qui traduit que la nature est désormais entre les mains de l’humanité. La plupart du temps, l’artiste peint des animaux tropicaux qui égayent l’environnement. Cette fresque est ce qu’on peut appeler un trompe l’œil.

Source: @Vesod
Photo credit: @superkant

À première vue, celle-ci pourrait vous donner le tournis. C’est l’œuvre de Vesod un artiste turinois dont le père est Dovilio Brero un peintre surréaliste. Né avec un esprit d’artiste, il a commencé le graffiti dans les années 90. Il s’inspire de l’art de la Renaissance, du futurisme, mais aussi de son amour pour les mathématiques. Dans son monde, l’espace et le temps ne sont plus quelque chose que nous pouvons traiter avec notre cerveau. Ce qui nous rappelle un film de Nolan, c’est l’effet miroir qui nous fait perdre notre regard sur ce que nous sommes censés regarder. Un pont qui n’a pas de fin, mais qui mène à un Paris qui semble sans vie. Une femme est assise entre les deux, elle est coincée dans une boucle temporelle cependant elle reste  calme. Son corps est transparent et laisse apparaître la Seine derrière elle, presque comme un fantôme. Réalisée au rouleau, cette murale est une œuvre vraiment étonnante qui demande quelques connaissances en géométrie pour être précise telle qu’elle est.

Cette peinture murale représente parfaitement la combinaison entre les œuvres des impressionnistes et l’essor actuel du Street Art. Emmanuel Jarus, un artiste canadien qui se fait appeler Youngjarus, dépeint l’expérience humaine dans son environnement à travers le monde. C’est sa propre version ‘’Femme à l’ombrelle’’ de Monet. Son travail a toujours une approche humaniste à travers la représentation d’un être humain. Cependant, ici, c’est plus comme si la femme se protégeait de la pluie que du soleil. Avec ces différentes nuances de bleue et le regard mélancolique de la femme. Ce n’est pas la première fois qu’Emmanuel Jarus collabore avec  Street Art for ManKind. En 2020, il a créé une fresque historique à Manhattan pour le 75e anniversaire des Nations Unies.

Pour célébrer le jardin de la ville, l’artiste Lula Goce a peint une faune de couleur orangée avec une femme au milieu qui nous regarde droit dans les yeux. Lula Goce est née en Galice en Espagne. Son travail s’inspire de la peinture classique comme Valazquez, Goya et Caravage. Sa ville natale fait aussi partie de son inspiration, l’orange qui rappelle la sécheresse et la nature prolifique. Récemment, nous nous sommes rendus à l’inauguration de la toute nouvelle fresque murale réalisée par l’artiste sur l’hôtel Mercure & Ibis à Montmartre. Elle est également en association avec Street art for ManKind pour leur projet #GenerationEqualityMurals. La réalisation de cette fresque s’accompagne également de l’aide d’ONU femme, de Manpowergroup et de la mairie du 18e arrondissement. La peinture murale projette l’avenir de l’égalité entre les hommes et les femmes : une petite fille regardant le ciel assise sur les épaules de sa mère. Comme l’a dit Lula Goce, dans le monde de l’art, l’égalité entre les femmes et les hommes n’est pas encore atteinte. Les femmes ont plus de difficultés lorsqu’il s’agit de trouver les financements pour leur projet. Avec ce nouveau type de projet, nous espérons que les choses iront mieux à l’avenir.

Vous devez visiter Chatou pendant ce mois-ci. C’est un endroit magnifique et vous pourriez montrer votre soutien à tous les artistes et à Street Art for ManKind. Selon la Fondation Kailesh Satyathi, il y a encore 152,1 millions d’enfants qui travaillent dans le monde. Ce projet pourrait faire la différence. Vous pouvez faire un don via le site Web de Street Art for ManKind : https://streetartmankind.org/ et vous pouvez les suivre sur Instagram pour découvrir plus de peintures murales à travers le monde : @streetartmankind.

Sur la photo, Kasia Klon, propriétaire de Street Art Tour Paris, avec une reproduction du Déjeuner des canotiers de Renoir en arrière-plan

Ceci est un rappel que l’art peut avoir un impact sur les problèmes sociaux et peut aider notre monde à aller de l’avant vers une meilleure direction.
Nous organisons une visite de la ville le 18 juillet. Si vous souhaitez vous joindre à nous, inscrivez-vous ici.

Article écrit par:

Lola Bikindou

Laisser un commentaire