You are currently viewing Ville murale secrète près de Paris

Vous nous connaissez déjà pour notre passion pour le street art. Néanmoins, nous aimons aussi toutes sortes de créativité et d’expressions artistiques, et aimons les découvrir autour de Paris et ses banlieues.

Puisque nous, les guides, avons un peu plus de temps libre ces jours-ci, j’ai décidé d’explorer des quartiers moins connus à la recherche d’arts incroyables.

C’est ainsi que je suis tombée sur Levaillois-Perret. Il est difficile d’imaginer que cette petite commune est la ville la plus densément peuplée d’Europe, à la fois c’est aussi l’une des deux banlieues parisiennes les plus chères. C’est un lieu de dernier repos de Gustave Eiffel, qui y avait son grand atelier, travaillant sur ses constructions les plus célèbres comme la Statue de la Liberté ou la Tour Eiffel elle-même.

L’île voisine a fait sa propre histoire quand le peintre post impressionniste Georges Seurat a décidé de l’immortaliser dans ses peintures.

Ce ne sont là que quelques-unes des raisons pour lesquelles vous devriez visiter cet endroit… c’est aussi un véritable paradis de trompe l’œil ! C’est pour ça que j’ai décidé de l’explorer !

Qu’est-ce qu’un trompe-l’œil ?

L’histoire du « tromper l’œil », un style de peinture incroyablement réaliste, remonte jusqu’à la Grèce antique, où Zeuxis accrochait sa toile à l’extérieur, en trompant les oiseaux qui confondaient les fruits peints avec les réels et détruisaient son œuvre ! Son rival Parrhasius voulait prouver qu’il était encore un meilleur peintre encore, et il a donc invité Zeuxis à son atelier et lui a demandé de dévoiler sa nouvelle création. Mais Zeuxis ne pouvait pas dévoiler la couverture, car il s’est rendu compte qu’elle était, en elle-même, peinte dans la toile ! Somme toute, Parrhasius a gagné ce concours, parce que tromper un autre artiste, était considérablement plus impressionnant.

Néanmoins, le nom du Trompe l’œil a d’abord été utilisé et popularisé par un peintre français Louis-Léopold Boilly, qui a montré sa peinture sous ce titre au salon de Paris de 1800.

Aujourd’hui, lorsque nous utilisons ce terme, nous faisons surtout référence aux peintures murales, peintes sur un mur blanc, pour rappeler une façade de bâtiment. Nous y trouvons souvent de fausses fenêtres, balcons, portes, volets, parfois des fleurs sur les parapets, des animaux ou même des gens.

À Levaillois-Perret, le projet du développement de la peinture trompe-l’œil a été intégré dans les années 80 et, depuis, de plus en plus de peintures murales sont ajoutées chaque année. A.Fresco, l’entreprise la plus populaire est celle gérée par Patrick Commcey. En 2011, il a reçu un Pinceau Argenté pour le Café des Acteurs – indéniablement le plus beau mur de toute la ville.

Certaines murales sont parrainées par la municipalité, d’autres ont été intégrées aux projets immobiliers. Celui à côté du métro Louise-Michel a été inclus dans le budget de rénovation de la station.

Si vous souhaitez nous rejoindre pour faire une promenade dans la ville, n’hésitez pas à nous contacter, nous serons ravis de créer un itinéraire avec des histoires complémentaires. Avez-vous déjà visité cet endroit ? Si vous l’avez fait, s’il vous plaît partager vos réflexions 

Article écrit par:

Kasia Klon, fondatrice de Street Art Tour Paris ; artiste (MFA en peinture et gravure) et guide touristique licenciée. 

Laisser un commentaire